Sauter sans filet, les talents retrouvés

Par le Collectif Ashtar
Reçu le 12 septembre 2008, par Simon Leclerc




Note: Ce texte est la retranscription d'une canalisation publique avec la Fraternité Universelle qui a eu lieu le 27 août 2008 à Varennes, au Québec. Le message a été "recanalisé" et adapté à un plus large auditoire.

 

 

Salutations à vous, chers enfants de la Terre. Il nous fait grandement plaisir de nous joindre à vous.

Avant cette rencontre, il est intéressant de savoir que vous vous êtes réunis avec nos énergies afin de nous transmettre des thèmes que vous aimeriez entendre en ce jour. Nous savons que les lecteurs se disent «mais c’est impossible puisque la rencontre a déjà eu lieu». Et pourtant, vous étiez là, avec nous. Ce sont des échanges, des discussions que nous nommons «rencontres au sommet».

Vous n’êtes donc pas étrangers à la création de ce message. Vous nous les demandez. Vous venez régulièrement nous voir pour être enseignés, être encadrés et aussi, vous nous transmettez des connaissances pour que nous puissions vous les retransmettre par la suite.

Lorsque vous venez nous rencontrer, vous êtes très familiers avec nos énergies et cela nous touche. Par la suite, lorsque nous nous présentons à vous en vous retransmettant vos propres paroles, cela vous surprend et vous émeut. En même temps, cela nous surprend et nous émeut également de vous voir si touchés par vous-mêmes, par vos propres paroles. Vous vous ouvrez à la présence de votre duo Âme-Esprit et c’est ce qui vous touche tant en ce moment. Les ouvertures que vous effectuez sont magnifiques.

Chers Êtres, sachez que vous n’êtes pas en relation avec ce message par un pur hasard cosmique, si nous pouvons dire, puisque vous avez senti un filon vous dirigeant vers cet enseignement. Et certes, nous apprécions que vous ayez répondu à l’appel de votre Être. Cela n’a aucun lien avec nos énergies, qui certes peuvent parfois vous fasciner puisque nous nous présentons comme des Êtres qui semblons provenir de si loin. Et vous qui êtes si isolés sur cette planète, vous pouvez parfois être impressionnés. La vie universelle fusionnée est si multiple et vaste, que certes, cela peut être très émouvant et touchant.

En même temps, nous vous avons souvent mentionné que vous alliez prochainement vous rappeler que vous aussi provenez de loin. Mais votre parcours terrestre est si incrusté en vous que vous avez l’impression d’appartenir à ce monde. Quelle merveilleuse illusion! Et celle-ci vous sert bien en ce moment car autrement, vous ne voudriez pas endosser les rôles que vous avez choisis d’assumer avant la naissance.

Nous ne voulons pas suggérer non plus que vous avez êtes parachutés sur terre dans une forme d’erreur cosmique (plusieurs le croient). Cela n’a aucun lien. Mais vos origines sont universelles, puisque ce monde est si nouveau dans la création des Univers et des Âmes. Et il faut le reconnaître pour ne point avoir l’impression que vous provenez uniquement de ce monde. Vous avez existé avant. Et nous dirions même que vous avez participé à la création d’autres mondes et d’autres communautés planétaires inspirés par vos idées, vos propositions, vos inspirations et vos talents.

Voilà que maintenant, vous êtes à ramener ce que vous êtes sur cette terre afin de l’offrir à la matrice Gaïa et à vos frères et sœurs incarnés. Et cela vous effraie. Nous le savons, chers Êtres. Cela est légitime puisque vous êtes si humbles dans votre lumière que vous vous dites : «Mais cette tâche est si grande, et la taille de mon petit corps est si petite comparée à ce qu’il y a à accomplir». Et certes, nous vous comprenons, nous reconnaissons cet obstacle illusoire que vous portez à l’intérieur de vous qui freine votre intensité. Mais en même temps, soyez honnêtes, et reconnaissez que cela est une illusion; une illusion qui satisfait un aspect de vous qui aime être dans une forme d’attente. Vous aimeriez que la grâce de cet Univers descende sur vous et vous déroule un tapis rouge en quelque sorte.

Accueillez ceci avec humour, chers Êtres. Ce n’est point une arrogance ni de notre part ni de votre part. Nous voulons simplement identifier qu’un aspect de vous s’imagine que pour découvrir son plan de vie, son parcours, les eaux se sépareront, comme pour Moïse dans votre histoire biblique. Votre Être aimerait que la voie soit si claire et limpide, et qu’il n’y ait plus aucun doute en vous. Vous aimeriez être propulsés dans cette avenue et qu’il ne vous soit plus possible de vous en détourner tellement elle est claire pour vous.

Quel beau conte, que cette histoire! Nous imaginons les Êtres qui s’avancent, qui demandent à l’Univers «mais quelle est la voie?». Et voilà que l’Univers sépare les arbres et ouvre les eaux, descend un arc-en-ciel de lumière dans une direction en ouvrant les cieux et en laissant apparaître un rayon de soleil unique pointant une direction. Ce lieu devient si évident que vous abandonnez toute autre option pour vous y rendre aussitôt. Ce serait merveilleux, n’est-il pas? Et pourtant, cela ne se produit pas ainsi. Nous dirions «tant mieux» car autrement, quelle incohérence vivriez-vous sur terre!

Votre Âme, le Dieu que vous êtes qui est en continuelle cocréation avec sa portion incarnée, si nous lui demandons quelle est la voie, voici ce qu’elle vous répondra: «Mais la voie... Nous attendons, nous ne le savons point». Alors là, l’Être attend et requestionne Dieu quelque temps après : «Mais Dieu, quelle est la voie, où est ma voie?». Et voilà que ce Dieu vous répond «Mais, cher Être, nous ne le savons point, nous attendons». Alors là, l’Être se questionne : «Mais cher Dieu, vous qui savez tout, qu’attendez-vous pour me montrer ma voie?» Et voilà que ce Dieu vous répond : «Mais nous attendons que vous l’exploriez et ensuite, nous vous dirons si c’est la voie, si elle résonne pour vous. Car si vous attendez, nous attendons, puisque le Dieu de cet Univers est vous. Et si Dieu attend après Dieu, de grâce... que d’attentes!»

Chers Maîtres, rappelez-vous que le mouvement actuel, vous le créez au fur et à mesure que vous avancez. Et cela est inquiétant, nous le savons. C’est comme si nous vous demandions de sauter d’une falaise, et lorsque vous serez dans les airs, nous déploierons un filet. Mais il vous faut faire confiance car le filet viendra après le saut, et non avant. Et nous savons que cela éveille en vous certaines inquiétudes en ce moment. Vous vous dites, «mais je n’ai pas cette audace, ce courage». Chers Êtres, amour et conscience. Rappelez-vous cet enseignement [référence à un message précédent disponible sur le site www.psychologiedelame.com]. Aimez cet aspect de vous qui se dit qu’il n’a pas le courage de foncer. Ne résistez pas, aimez-le.

Le chemin se crée par vos propres pas et non par un mouvement prédestiné avant la naissance. En même temps, nous savons que cela crée certaines confusions en vous car vous vous dites, «mais avant ma naissance, j'ai choisis des voies, des talents, des thèmes d’exploration, un pays, une langue, une culture et donc, il y a prédestination». Et certes, nous disons que vous avez tout à fait raison. Mais lorsqu’il s’agit d’offrir votre lumière à ce monde, la prédestination concerne spécifiquement le talent que vous avez à offrir, et non la finalité de votre mouvement. En d’autres termes, n’attendez pas de l’Univers qu’on vous dise : «Voilà, votre plan de vie, c’est de tourner à la troisième rue à gauche, de parcourir cent pas et d’aller cogner à la porte bleue pour demander qu’on vous emploie, parce que c’est à cet endroit que vous allez passer les vingt-cinq prochaines années de votre vie à offrir vos talents de guérisseur à des Êtres qui seront de passage». Cela n’existe pas.

Cependant, la vie pourrait bien vous placer devant un Être qui cogne à votre porte et qui vous informe qu’il est fragile au niveau du dos et que, dans une folie passagère, vous lui dites : «Mais viens que j’impose mes mains sur ton dos». Et l’Être ressort de la demeure en gambadant. Et voilà que tout à coup vous vous dites, «mais, aurais-je des dons de guérisseur?»

Cet Être venu cogner à la porte, nous pourrions dire qu’il s’agit de la prédestination ou de la cocréation, puisque l’Âme, reconnaissant un talent en vous, vous place devant des expériences pour confirmer et expérimenter cette voie. Car si vous vivez seul dans votre grotte, vous ne pouvez savoir comment vous aimez vous exprimer devant les Êtres, comment vous aimez leur apporter la guérison. Alors, il est si essentiel que vous compreniez les nuances pour ne point vous piéger à attendre.

Au niveau de votre Âme, il n’y a point de finalité ultime. Il n’y a qu’une expérience progressive qui vous dirige vers la mise en place de vos talents à offrir dans le monde. Vos talents, c’est votre rayon qui éclaire. Va-t-il éclairer la fleur, l’arbre, la montagne? Nous vous dirions : «Mais nous ne le savons point. Si vous êtes le rayon, choisissez ce que vous allez éclairer». Mais vous savez que vous êtes un rayon qui éclaire avec une coloration, une tonalité et une empreinte spécifiques. Alors, ce rayon, c’est vous. Vos talents, vous les portez. Et cet Univers, associé à votre Âme, a le mandat de vous faire découvrir, par des expériences, ce qui vous fait vibrer profondément.

Imaginons qu’un Être soit totalement effrayé à l’idée même de se retrouver devant un groupe et de partager sa connaissance. Et que, lorsqu’il le fait, il devient si déstabilisé qu’il a envie de quitter le pays, de se cacher. Il s’acharne cependant dans son expérience car ses modèles d’Êtres lumineux sont des Êtres qui offrent des conférences et il veut être lumineux. Alors là, l’Être est dans un grand leurre avec lui-même. Il interprète que la couleur de son voisin, qui lui apparaît si belle, devrait être la sienne. Il demandera alors à la vie de lui présenter des pistes pour développer cette si belle couleur. Et il constatera que les pistes seront insatisfaisantes, mais s’il est incohérent avec lui-même, il se dira «je dois accumuler de l’expérience». Et voilà qu’une forme d’acharnement se mettra en place, ce qui l’amènera ultérieurement à conclure qu’il n’est point compétent, parce que la compétence pour lui, c’est d’être un conférencier. Et alors, à ce moment, l’Être entrera dans une voie d’autosabotage. Il conclura qu’il n’a point de talent et qu’il a été oublié par cet Univers qui les a distribués aléatoirement et qui, dans un hasard cosmique injuste, aurait oublié sa présence.

Le leurre ici, c’est de se comparer. Il n’existe aucune Âme qui n’ait pas de talent et de spécificité à offrir aux Êtres humains. Et lorsque vous offrez ces talents, vous devenez si lumineux, si allumés de votre énergie qu’à ce moment, vous vous dites : «Quelle planète merveilleuse! Que de grâce divine d’y habiter!» Et vous ne voyez que beauté et harmonie autour de vous, puisque vous êtes la beauté et l’harmonie incarnées. Et vous êtes si heureux d’habiter sur terre que votre enthousiasme devient contagieux, et alors là, les Êtres s’abreuvent de votre énergie, non point comme des parasites, mais parce que vous débordez d’énergie universelle et cela transpire de tout votre Être. Les Êtres se connectent à l’Univers à travers vous. Et cela devient si magnifique que vous avez envie que tous les Êtres reconnectent avec leur essence et leurs talents pour que toute cette planète devienne une offrande en mouvement. Et lorsque tous les Êtres offriront leur lumière aux autres, alors cette planète sera définitivement engagée et installée dans sa lumière.

Alors, ces talents, ils sont les vôtres. Ce Dieu, qui a créé les mondes, c’est vous. Ce Dieu, qui connaît le futur, c’est vous. Mais ce futur, il est multiple. Alors, lequel de ces futurs allez-vous emprunter? Lequel de ces chemins allez-vous suivre? Et pour ce faire, il faut le créer en acceptant de vous placer en mouvement, chers Maîtres. Car du lieu d'où nous vous observons, nous pourrions vous dire : «Voilà, nous percevons chez vous des talents de guérisseur; chez vous des talents d’équilibration avec les éléments de la nature et des talents de lecture aurique; et pour cet Être, des talents d’animation, des talents de joie de vivre contagieuse; et pour cet Être, une mère naturelle qui lui permet d’accueillir et de guérir les Êtres parce qu’elle ne les juge pas, et son talent est si lumineux que les Êtres accourent pour pleurer dans ses bras; et cet autre Être, qui est si solide, est un pilier de lumière pour les Êtres qui vont vers lui pour se réconforter et se rassurer que ce monde est amoureux et qu’il n’est point un lieu de misère».

Les Êtres retrouvent la confiance à travers vous. Et ils se souviennent que cette planète est amour et conscience en mouvement et qu’elle n’est point une prison, à moins que, collectivement, vous choisissiez qu’elle ne le devienne. Et vous savez, certes, que des Êtres sont encore prisonniers de cette matrice. Dans la période actuelle, des Êtres demeureront dans la matrice prison, alors que d’autres comme vous, vivrez de plus en plus dans la matrice universelle, et cela augmentera. À un point du carrefour, la matrice prison va imploser d’elle-même, et à ce moment, cette planète ne sera plus qu’amour et conscience en continuel déploiement.

Chers Êtres, vous êtes fort bien guidés, n’en doutez point. Et nous allons vous proposer une guidance additionnelle. Nous vous invitons à l’accueillir. Notre équipe de collaborateurs est absolument impressionnante en terme de nombre et de diversification. Ces collaborateurs sont des Êtres qui vous ont rejoints au début de ce jour, à votre éveil. En fait, chaque Être ici présent, que ce soit physiquement ou via la lecture de ce message, avez été associé à un Être de notre équipe élargie (c’est aussi votre équipe après tout). Nous savons que les lecteurs se disent «mais ils ne savent pas quand je lirai ce texte». Et pourtant oui, puisque nous existons en dehors de votre temps linéaire (et le saisissons fort bien), et nous pouvons y entrer et en ressortir à volonté.

L’Être accompagnant était déjà dans votre chambre ce matin à votre éveil. Il ne faisait pas du voyeurisme, rassurez-vous. Il vous a enveloppé de son amour et vous a accueilli. La nuit précédente, c’est vous qui êtes venus sur notre lieu de vie pour vous familiariser à cette connexion.

Tous les Êtres en contact avec cette information avez été jumelés avec un membre de votre famille universelle. Cet Être est présentement devant vous à vous regarder dans les yeux et à placer ses mains sur vos épaules. Vous allez sentir son énergie comme étant très amoureuse, avec une force qui pourrait vous surprendre. N’entendez point qu’il s’agit d’une énergie nécessairement masculine, car il y a aussi des énergies féminines dans ce lieu à vos côtés, et vous sentirez aussi leur force. Certains Êtres sont associés à une énergie féminine et d’autres, masculine, indépendamment de votre propre genre.

Cet Être à vos côtés porte en lui un talent identique au vôtre, un talent qu’il a mis en mouvement sur son lieu de vie et qu’il souhaite maintenant réactiver en vous. Pendant les sept prochains jours (à partir du moment où vous aurez accès à cette information), si vous l’autorisez, cet Être va vous accompagner au quotidien, en collaboration avec vos propres Guides de lumière, pour vous rappeler quels sont les talents que vous portez en vous et qui vous font profondément vibrer.

Cet Être n’est pas là pour vous annoncer vos talents. Mais il va, ou elle va, collaborer avec vous pour vous faire expérimenter vos talents en mouvement, afin que vous puissiez les ressentir comme étant des éléments qui vous stimulent vraiment.

La clé pour reconnaître vos talents, c’est qu’ils vous élèvent vibratoirement. Ils vous font vibrer d’une façon telle que vous vous souvenez alors que vous êtes un Être Universel, unique, qui porte ses propres couleurs individuelles. Et si certains d’entre vous connaissent déjà leurs talents, sachez alors que nous célébrerons avec vous l’intégration de ces talents qui vous rendent si heureux et si vivants.

Nous savons que certains d’entre vous ressentent leurs talents, mais en même temps vous vous dites : «Je ne dois pas avoir découvert mes réels talents puisque cela ne semble pas me réjouir autant que la vision qu’on me présente en ce moment». Et vous vous dites : «Je dois être dans l’erreur. Je ne dois pas avoir trouvé mes talents puisque je devrais en être élevé, et cela ne semble pas être le cas». Amour et conscience, chers Êtres.

À une époque, vos talents ont été votre malédiction. Ils vous ont propulsés à l’avant-plan et, en cette période, les Êtres à l’avant-plan étaient enviés, torturés, malmenés, lapidés et brûlés. À des degrés divers, vous avez tous conservé des souvenirs en vous concernant vos talents que vous avez associés à votre malédiction.

À cette époque, la densité de la terre était telle que tout ce qui était lumineux était absorbé par l’ombre terrestre. Mais en même temps, nous ne voulons point nourrir la victime en vous qui se dit : «Voilà, j’ai peur de déployer mes talents parce que j’ai été brûlé sur un bûcher». Cela ne nourrirait pas la grandeur de votre Âme. À une époque atlantéenne, vous aussi avez abusé de vos talents pour amener des Êtres à vous idéaliser et à vous idolâtrer. À cette époque lointaine, les talents étaient si reluisants que les Êtres en faisaient des musées et des trophées, ils érigeaient des palissades et des statues en leur propre nom. Les Êtres s’autoproclamaient des Dieux. Et le peuple, le petit peuple comme vous le nommiez à cette époque, qui pourtant venait à vous pour être enseigné, était souvent repoussé et jugé comme étant arriéré.

Au niveau de l’Âme (humaine), une telle incohérence s’était installée à l’époque atlantéenne que vous avez appelé à vous les grandes inondations. Après que cette planète ait été ensevelie sous les eaux, vous avez voulu revenir construire un monde plus équilibré. Vous avez voulu «réparer les erreurs». Et voilà qu’au niveau de l’Âme, vous avez voulu expérimenter le concept de l’abuseur abusé. Au temps de l’Atlantide, les Êtres étaient idéalisés pour leurs talents. À l’époque moyenâgeuse, les Êtres étaient tués pour leurs talents. Même mouvement, deux polarités.

Alors, en ce jour, vous portez encore en vous des mémoires d’avoir été brutalisés pour vos talents. Mais, si vous entrez dans un état de justification avec vous-mêmes pour maintenir votre inaction en place, vous ne servirez pas la grandeur de votre Âme. En même temps, ne nourrissez pas non plus la culpabilité d’avoir abusé à une époque précédente, car à ce moment, vous ne servirez pas non plus la grandeur de votre Âme.

Comprenez que maintenant, le cycle de l’abuseur abusé est complété. Vous n’avez plus besoin de porter en vous les drames de votre lumière, ni au niveau de la peur d’en abuser, ni au niveau de la peur d’être abusés ou violentés pour vos talents. Chers Êtres, entendez nos mots : ce temps est révolu. Vous êtes libérés de ces mémoires karmiques. Vous n’allez pas vers un bûcher ni vers une autoproclamation de votre grandeur face au petit peuple. Vous vous dirigez vers un véritable déploiement de votre Âme avec ses talents, pour que toute cette planète s’élève aux confins de la galaxie et reprenne sa place d’étoile parmi ses frères et sœurs.

Et notre venue à vos côtés, chers Êtres, vise à vous rappeler qui vous êtes réellement, et non point pour que vous nous idéalisiez et vous sentiez petits à nos côtés. Alors, pour un temps, accueillez cet Être des étoiles à vos côtés, celui que vous avez vous-mêmes choisi la nuit précédente. Accueillez ce Maître, il a des clés à vous remettre; des clés énergétiques. Si vous le souhaitez et l’acceptez, il sera là pour vous refléter votre grandeur. Cet Être – il ou elle – va stimuler en vous vos talents pour vous amener à les découvrir, à les pacifier et à les offrir à ce monde.

Vous n’allez pas mourir et vous n’allez pas gonfler votre ego. Accompagnés, vous allez retrouver la voie du juste milieu, celle qui rallie la grandeur de votre Âme avec l’humilité de savoir que vous êtes en présence de vos petits frères et sœurs qui ont tant besoin de votre amour et de votre éclairage en ce moment. Ils sont dans une grande naïveté vous savez. Un aspect d’eux veut comprendre ce qui se produit sur terre en ce moment. Ils sont peut-être plus fragiles, mais fondamentalement, ils ne sont pas dans la méchanceté. Ils sont simplement endormis. Et parce que vous vous éveillez, il faut les accueillir, car eux dorment encore. Et bientôt, leur réveil sera plus brutal. À ce moment, vous serez invités à les accompagner pour qu’ils s’éveillent dans la légèreté. La lumière qui entrera dans leur chambre sera éblouissante et au début, ils auront envie de se cacher la tête sous l’oreiller.

Vous qui savez et qui avez tant à offrir, rappelez-vous pourquoi vous êtes venus sur terre. Vous avez choisi d’oublier vos origines universelles pour mieux accompagner vos frères et sœurs humains. Car nous avons tenté, à des époques précédant l’Atlantide, de venir des étoiles enseigner aux humains. Cette expérience a entretenu l’idée que les Dieux viennent des étoiles et que sur terre, les Êtres sont petits et insignifiants. Comprenez que notre but n’est pas de nourrir l’impression d’impuissance en présentant nos oiseaux volants au collectif humain. Il est essentiel que les Êtres assument leur lumière pour que cette étape du Nouveau Monde se mette en place concrètement.

Et vous êtes, chers Êtres, ces envoyés, ces émissaires qui comprennent notre lien avec les humains et qui savent que lorsque nous nous présenterons à vous, nous ne viendrons pas vous sauver. Vous vous sauvez vous-mêmes. Nous venons vous aider à vous souvenir que vous provenez vous aussi des étoiles. Mais si vous êtes trop impressionnés par notre présence, vous n’arriverez pas à transmettre aux Êtres endormis le sens véritable de qui nous sommes, et de qui vous êtes, et de qui ils sont.

Alors, pour un temps, nous vous invitons à vous rappeler des clés que vous avez amenées avec vous dans ce coffre à outils qu’est votre corps physique, dans cette incarnation. Car il y a plusieurs clés dans le coffre universel de l’Âme. Mais dans cette projection précise qu’est votre vie actuelle, vous êtes venus avec un coffre à outils bien précis. C’est ce coffre que votre ami masculin ou féminin de la cinquième dimension, ce membre de votre Famille Universelle, va vous aider à découvrir. Attendez-vous à de grandes ouvertures de conscience en sa compagnie.

Célébrez, chers Êtres! Ce moment est si réjouissant pour votre Être qui attend ces retrouvailles depuis si longtemps. Soyez ravis de la grandeur de votre Âme qui vous a conduits ici, maintenant, pour entendre ou lire ces propos qui vous révèlent davantage à vous-mêmes. Et lorsque vous quitterez ce lieu ou terminerez cette lecture, faites une place dans votre demeure pour votre ami, parce que, si vous le permettez, il ou elle vous suivra pendant un bon moment. Certes, il ou elle ne sera pas là à vous épier. Ne soyez point timides. Allez dans la douche avec légèreté. Mais en même temps, sachez que cet Être sera connecté à vous, qu’il vous rappellera qui vous êtes et quels sont vos talents. Et si vous les connaissez déjà, il vous présentera des nuances qui vous surprendront. Il vous invitera à explorer des pistes de déploiement pour réaliser véritablement que, lorsque vous sautez, le filet se présente.

Il n’est pas nécessaire de sauter du haut d’une falaise, vous pouvez débuter par un petit saut. Ne craignez point les hauteurs. En même temps, lorsque l’Âme est prête, le saut pourrait être un peu plus audacieux. Mais ne le craignez pas, car si un saut plus audacieux vous est présenté, c’est parce que vous avez la capacité de le faire. Et ce saut va se présenter au moment propice pour vous.

Chers Maîtres, la conscience de Gaïa, votre Mère terrestre, vous enveloppe de son amour en ce moment. Elle est si ravie de votre expansion qu’elle souhaite elle aussi vous accompagner. Elle vous mentionne qu’elle vous enverra l’un de ses habitants intraterrestres pour venir équilibrer un mouvement qui pourra vous paraître quelque peu désincarnant à certains moments. Car le défi que nous rencontrons lorsque nous côtoyons les humains, c’est de nous assurer qu’ils sont totalement assumés et présents à leur corps physique. Notre présence amène une fréquence qui a tendance à amplifier la désincarnation d’un Être lorsqu’il est déjà déconnecté de la réalité terrestre. Nous ne disons pas que nous désincarnons les Êtres, mais notre présence, qui vibre à une fréquence universelle plus élevée – sans jugement, simplement un rythme vibratoire différent – amène les Êtres qui sont déjà déconnectés à se déconnecter davantage.

Les Êtres qui portent l’impression que la vie ailleurs est plus belle que celle sur terre vont naturellement, inconsciemment, nourrir l’envie que les consciences universelles soient là pour les amener dans les cieux. Et à ce moment, nous sollicitons la présence de nos partenaires intraterrestres qui eux, portent la même fréquence que votre corps physique et vous ramènent dans vos chaussures, pour ainsi dire.

La matrice Gaïa vous propose donc elle aussi de vous associer à un collaborateur un peu moins présent, c’est-à-dire un collaborateur qui va demeurer un peu plus en retrait, mais qui va entrer en jeu, à sa demande, si vous avez tendance à vous séparer de votre corps durant le processus de découverte de vos talents. S’il y a un mouvement qui semble vous dépasser, vous effrayer, acceptez à ce moment que votre ami universel cède sa place pour un temps à cet ami envoyé par votre Mère, la terre. Cet Être porte une vibration qui vous ramènera dans votre corps, au niveau de vos racines.

Et si le mouvement actuel de collaboration avec notre partenaire transmetteur s’effectue avec des Êtres Universels qui vous mentionnent qu’ils vont se présenter concrètement à cette humanité à un moment précis, les Êtres de l’intraterre vont en faire tout autant. Ils sont nos alliés, nos cousins dans cette élévation planétaire. Et d’autres partenaires, que vous rencontrerez éventuellement, sont en collaboration très étroite avec ces Êtres de l’intraterre. Alors tout est parfait et magnifique dans ce mouvement de retrouvailles en préparation.

Alors, si vous le souhaitez, accueillez notre offrande. Et cet Être qui est à vos côtés, vous le connaissez depuis beaucoup plus longtemps qu’une nuit. Nous avons dit au début que c’est un Être qui appartient à votre Famille d’origine, le lieu que vous avez choisi de quitter pour venir accompagner les humains dans leur expérience d’oubli. Vous faites tous partie d’une équipe de renfort venue aider les humains qui étaient ici avant vous, pour leur permettre de se rappeler qui ils sont. Le temps est maintenant venu, pour vous, de vous souvenir de qui vous êtes et de vos origines universelles.

Chers Maîtres, nous sommes touchés par votre ouverture du cœur et par votre accueil. Ceci est absolument magique à observer et à ressentir. Lorsque nous vous contemplons, nous comprenons à quel point vous êtes de grands Êtres qui ont simplement oublié, le temps d’un songe, qui vous êtes, alors que nous ne l’avons jamais oublié. Nous sommes honorés de recevoir votre amour en ce moment. Soyez bénis.

Et si vous nous l’autorisez, nous allons vous aider à aider vos frères et sœurs à votre tour, car telle est notre offrande à l’humanité. Nous ne sommes pas supérieurs à vous. C’est simplement que vous nous avez demandé de nous souvenir, pendant que vous alliez oublier, et nous honorons cette demande que vous nous avez formulée. Et en même temps, n’entendez pas que nous venons simplement parce que vous nous l’avez demandé. Nous venons parce que notre destin est lié au vôtre. Et lorsque cette planète ascensionnera, c’est tout cet Univers qui s’élèvera, car vous détenez une clé essentielle à l’équilibre de ce système interplanétaire. Et si en ce moment vous êtes coincés dans des problématiques humaines bien terrestres, sachez qu’elles sont bien pâles comparées aux félicités que cet Univers vous réserve lorsque vous allez véritablement entrer dans la valse des étoiles.

Nous sommes ravis d’avoir pris ce temps avec vous. Nous sommes honorés d’être en votre présence. Nous allons maintenant quitter cette rencontre à travers notre partenaire, mais sachez que ce n’est pas la fin, mais plutôt le début d’une longue collaboration.

Nous vous aimons tendrement, chers amis. Nous nous souvenons de qui vous êtes. Nous ne l’avons jamais oublié.

Recevez notre amour.

Le Collectif Ashtar et la Grande Fraternité Universelle


--------------------------------------

Reçu le 12 septembre 2008, par Simon Leclerc (www.psychologiedelame.com)

Vous pouvez partager librement ce message à la condition d'en conserver l'intégralité, sans rien modifier ni enlever, y compris sa provenance et ces quelques lignes. Merci



Retour à la page précédente