Livre: 2010 Transition (3e volet)

Extraits non publiés (éditions Ariane)

Par le Collectif Ashtar
Reçu au printemps 2009 par Simon Leclerc (mis en ligne le 29 septembre 2009)


Cliquez sur l'image pour l'agrandissement


 

Note de Simon: J'ai participé au projet du livre 2010 à titre d'invité et dans le cadre de cette collaboration, j'ai fourni à la maison d'édition Ariane un document de plusieurs pages que l'éditrice a dû recouper pour ses besoins. Dans ce contexte, j'ai pensé vous transmettre les extraits qui n'ont pas été publiés (voici le troisième volet - vous trouverez les deux premiers sur ce lien). Le livre est actuellement disponible au Canada et je crois qu'il l'est également en Europe (site des Éditions Ariane).


 
Dualité spirituelle

Il y une chose que je remarque dans le mouvement du Nouvel Âge, c’est le fait que dans ce mouvement on semble quelques fois éviter de parler de tout ce qui a un côté un peu ombrageux. On le pousse « sous le tapis » en pensant que ce côté va simplement disparaître tout seul ou bien on ne l’a pas.
Parce qu’on fait partie du « mouvement » on n'est que « lumineux ». On ne doit pas faire de colères, pas se fâcher; on doit toujours sourire, etc.
J’entends souvent les gens dire « tout est apprentissage », mais je me demande bien quelques fois en quoi consiste leur apprentissage. Que sous la bannière « d’être conscient », tout ce qui est fait est lumineux… jusqu’à ce qu’à un moment donné le côté ombrageux les rattrape et là… ils ne semblent pas comprendre ce qui leur arrive !
Je pense plutôt qu’il faille faire face à ce côté ombrageux que tout le monde a, finalement. Le déni ne sert aucune cause ni le Nouvel Âge ou l’individu.

- Pouvez-vous élaborer sur ce côté ombre/lumière de l’être humain…

Les humains ont si souvent et longtemps interprété que l’ombre et la lumière étaient deux énergies en conflit sur cette Terre, qu’ils ont véritablement opposé ces aspects qui sont, vous l’aurez compris, deux parties d’un tout.

Lorsque l’époque du Nouvel Âge de cette humanité s’est présentée, associée aux premiers messages reçus par mode télépathique - les canalisations -, les Êtres captaient des informations leur suggérant que l’Univers est lumière. Sournoisement, un aspect d’eux interprétait en parallèle que la Terre était ombre. La Terre n’est ni plus ombre que lumière, elle est ombre et lumière. C’est un aspect dualiste de cette énergie, la Lumière de vie, qui s’est séparée en deux, pour mieux se compléter et se stimuler dans la matière.

Observant la Terre et les Êtres inconscients, impliqués dans la souffrance, la compétition, la concurrence et le déni d’eux-mêmes, les Travailleurs de lumière ont commencé à se sentir dépassés par l’ombre autour d’eux et à s’imbiber de connaissances suggérant que l’Univers est lumière. Ils ont alors opposé la Terre à l’Univers, au même titre qu’ils ont opposé l’ombre à la lumière. Ils ont interprété que la Terre était le lieu où l’ombre existait et que pour aller vers la lumière, il fallait retourner à l’Univers et quitter la Terre. Les Êtres n’ont pas vraiment voulu mourir, mais au niveau des corps énergétiques, ils ont cessé d’habiter les chakras du bas de leur corps, ceux permettant les ancrages et les enracinements.

En agissant ainsi, les Êtres se sont affaiblis et ont perdu contact avec la réalité terrestre, avec tout ce qui représentait l’abondance et la simplicité de la vie : la beauté de la nature, les enfants qui s’amusent, les printemps qui amènent la sève dans les arbres, etc. Parce que les Êtres ne voulaient pas être associés à l’ombre de la Terre, ils hésitaient à y marcher. Ce faisant, ils se coupaient de leurs propres racines.

La connexion à l’Âme
L’Âme se connecte au corps physique à partir des chakras de la base, plus spécifiquement au niveau du Hara, centre énergétique situé sous le nombril. Puisque les Êtres hésitaient à habiter leur corps et ses racines, ils n’arrivaient plus à recevoir la nourriture transformatrice de l’Âme. Ils appelaient la conscience divine en eux, mais ils se coupaient en même temps de l’énergie qu’ils appelaient.

Le Hara est le centre où est logé votre Soleil intérieur, l’énergie kundalinique. Il représente les points d’ancrage, la manifestation de l’Âme dans le corps physique. Bien que celle-ci habite dans chacune des cellules du corps, autour du corps et dans l’Univers, son point d’ancrage à la réalité terrestre est localisé en ce centre. C’est en quelque sorte sa synthétisation. De son côté, l’Esprit est plutôt associé au 3e œil. Et le duo Âme-Esprit se fusionne au niveau du cœur, pour permettre à l’amour d’y jaillir.

Se perdre dans l’ombre
À une époque, plusieurs Travailleurs de lumière ne voulurent pas habiter leur corps à partir des racines, puisqu’ils avaient l’impression qu’ainsi, ils renonceraient à la lumière et allaient se perdre dans l’ombre de la Terre. Ils se sont donc uniquement identifiés au côté lumineux de la vie. Comme vous l’avez mentionné, ils avaient ainsi l’impression qu’il leur fallait renier toutes leurs ombres, en faire fi, jusqu’à ce qu’elles disparaissent totalement. Vous aurez compris que cela ne s’est jamais produit. Les ombres ont plutôt été nourries pas le déni et se sont manifestées encore plus intensément, dans des formes d’envahisseurs extérieurs revenus cogner à la porte des émetteurs, soit leurs propriétaires.

Voulant retrouver la lumière, les ombres sont attirées vers elle. Tout en arborant leur manteau ombrageux, leur façade, elles sont Lumière de vie dans leur forme ultime. Et voilà que le mouvement du Nouvel Âge, associé aux années de la fin du siècle dernier, a amené beaucoup d’Êtres à se déconnecter de la Terre, dans une intention de s’unir à l’Univers. Ils avaient l’impression qu’il leur fallait contrer un processus d’incarnation, qui pourtant était choisi au niveau de l’Âme.

Assumer sa présence incarnée
Une fois projetée sur Terre, l’Âme se heurtait à la conscience qui refusait d’assumer sa présence dans l’incarnation. Inconsciemment, et parfois consciemment, les Êtres se séparaient du côté ombrageux de la matière, dans une impression qu’ils allaient ainsi quitter l’ombre et devenir lumière.

Par voie de magnétisme, tout ce qui est rejeté par un Être revient le hanter, dans une forme ou une autre. Toute expérience non accueillie, non aimée, tout aspect jugé d’un Être, qu’il soit intérieur ou extérieur, viendra le revisiter dans sa vie.

Les aspects jugés extérieurement sont toujours des représentations de jugements qu’un Être porte envers lui-même. Ces aspects reviennent le hanter, non pas pour le punir, mais pour lui permettre de contempler de nouveau ses propres ombres à partir de sa lumière. Ceci amène ses ombres et sa lumière à se pacifier au niveau du cœur, pénétrant ainsi la voie du milieu, celle qui mène à la Lumière de vie, véritable passage vers les dimensions supérieures.

Lumière de vie
La Lumière de vie, c’est le billet qui permet aux Êtres de se présenter à la gare, pour prendre le train du Nouveau Monde. En pacifiant les ombres et la lumière, cela agit aussi sur la pacification de la planète. En acceptant d’habiter le bas du corps, les racines, et ultimement tout le corps, vous vous engagez sur la véritable voie de votre Âme, celle qui vous amène à devenir le Dieu que vous êtes, incarné sur Terre.

Parce que l’Âme a pris ancrage dans le corps physique à partir de la base, elle assure ainsi qu’aucun pouvoir de manifestation dans la matière ne soit déployé sans la présence au corps physique. En d’autres termes, lorsqu’un Être tente de transformer sa vie à partir des nuages, il se heurte à son impuissance, puisque justement, l’incarnation implique qu’il faille d’abord accepter de vivre dans le corps. Ce faisant, on accède alors à la conscience de l’Âme, ouvrant ainsi la porte à la Super Conscience, celle qui donne accès à tout l’Univers, à partir du corps physique.

Ce n’est pas en quittant la matière que vous rejoindrez l’Univers, mais plutôt en y habitant totalement. Les clés du Nouveau Monde se trouvent à l’intérieur de votre corps physique, dans la conscience Je Suis de votre Être. C’est à partir de là que s’ouvriront les portes du véritable paradis terrestre.

Salutations à vous

Le Collectif Ashtar et la Grande Fraternité Universelle

--------------------------------------

Reçu au printemps 2009, par Simon Leclerc (www.psychologiedelame.com)

Vous pouvez partager librement ce message à la condition d'en conserver l'intégralité, sans rien modifier ni enlever, y compris sa provenance et ces quelques lignes. Merci